Jean Letourneur, sculpteur du mouvement fluide

Dans la Lettre n°11 d’octobre 2014, un article était consacré à deux artistes épris d’aérodynamique et d’aéronautique Jean Letourneur et Marc Newson : https://www.3af.fr/sites/default/files/lettre3af-n11-preview-141022.pdf

Revenons sur Jean Letourneur à l’occasion de la publication de deux livres en 2018 et 2019. Ce sculpteur, vivant dans les Hauts-de-Seine à Fontenay-aux-Roses, a créé un art empreint de science et de technique. Agrégé de l’Université, professeur de sculpture à l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Appliqués et des Métiers d’Art (ENSAAMA), c’est un passionné d’aérodynamique. 

Jean Letourneur habite toujours la propriété familiale de Fontenay-aux-Roses, où il vécut ses années de formation et où il exerce toujours son art dans l’atelier paternel. Au sein de l’élite culturelle, où il vécut son enfance et son adolescence, il découvrit l’art avec Jacques Zwobada et René Letourneur, tous deux grands prix de Rome de sculpture, la science avec son grand-père Henri Gondet, un temps directeur de la Physique à l’ONERA, la littérature et la philosophie avec André Malraux, un ami de la famille.

Jean Letourneur, représenté ci-dessous (Figure 1) en train de tailler un marbre rose du Portugal, est fasciné par l’aérodynamique, science à laquelle il apporte sa vision d’artiste en lui consacrant depuis quarante ans des œuvres sculptées et dessinées. Un autre avant lui, à la charnière du XIXème et du XXème siècle, fut tout autant passionné : le médecin Etienne-Jules Marey, le premier à avoir réalisé des visualisations du mouvement fluide avec une machine à fumée. Mais si Jean Letourneur n’a pu connaître Marey, il a rencontré un autre grand réalisateur de visualisations fluides, un contemporain, Henri Werlé, maître de recherche à l’ONERA. Ses films sont à l’origine de la carrière de Jean Letourneur à la confluence de l’art et de la science. Les œuvres inspirées par les photos et les films d’Henri Werlé sont nombreuses et pour ne citer que deux d’entre elles :
- Le Miroir (1994) est une œuvre, présentant un ellipsoïde. Elle évoque les miroirs en bronze poli de l’antiquité, dont elle revêt la matière. Le socle, constitué de filaments fluides entrelacés exprime avec vigueur les enroulements tourbillonnaires qui prennent naissance à l’extrados de l’ellipsoïde en incidence. Magnifique alliance du passé et du présent et symbiose entre l’art et la science (Figures 2 a,b,c).
- L’Air et l’Eau (1992), deux bronzes inspirées par les célèbres allées tourbillonnaires de Bénard-Von Kàrmàn (voir Figures 3 a,b,c). 

En 2005, dans le cadre de l’année internationale de la physique, Jean Letourneur décida de monter en vitesse ! Il a frappé de nouveau à la porte de l’ONERA. Henri Werlé n’était plus là. J’ai eu le plaisir de faire la connaissance de Jean Letourneur et de guider ses pas vers les très hautes vitesses. Il est venu plusieurs fois au centre ONERA de Meudon pour découvrir les souffleries et s’intéresser aux écoulements hypersoniques dans les souffleries à rafales où des vitesses de 1,5 km/s sont atteintes.

Le résultat de cette découverte du domaine des très hautes vitesses fut la création d’une grande médaille pivotante Interférences de chocs (Figures 4 a,b,c,d), représentant sur une face un croisement de chocs du premier type, ou interférence régulière, et sur l’autre face un croisement du second type, ou phénomène de Mach [3].

La présentation de l’œuvre de Jean Letourneur ne saurait être complète sans l’admirable buste stèle de Saint-Exupéry. Accrochée sur une lame métallique profilée comme l’extrados d’une aile d’avion, la tête de l’écrivain dialogue avec des turbulences évoquant le manteau du Petit Prince, effleurant le sol de son épée. Commandée pour l’aéroport Lyon-Saint-Exupéry, cette œuvre, coulée dans le bronze, figure dans le salon d’honneur de l’aérogare (voir Fig.5).

 

Références

Voir le site de Jean Letourneur : http://www.jeanletourneur.com/
[1] Werlé H., Principaux types de décollement libre observés sur maquettes ellipsoïdales, Note Technique ONERA 1985-7
[2] Chanetz., Contribution à l’étude du décollement tridimensionnel en écoulement turbulent incompressible, Note Technique ONERA 1988-6
[3] Chanetz B. et Benay R., Hysteresis phenomena associated with shock waves interference in steady flow, Int. J. of Aerodynamics, Vol 2, Nos. 2/3/4,2012.
Préface de Caroline Lecourtois (ENSAPLV 1)

Ce traité est entièrement dessiné en situation de cours théoriques et pratiques, avec plus de 400 dessins à la craie improvisés à main levée, sans aucune des béquilles que sont règles, équerres, compas.

A l’interface entre de nombreuses disciplines - géométrie, cristallographie, sculpture, design, architecture, statique graphique, topologie, tenségrité 2 - et en établissant des ponts avec l’histoire de l’art, ce traité a pour ambition de poser les jalons d’un langage commun les réunissant toutes, entre sciences et arts, par une analyse structurelle éclairante et non des recettes de rendus. 

Le dessin n’est autre qu’un mode d’expression artistique, même si la nécessité l’aura ici nappé d’un peu de science. En prenant le risque de se poser très souvent un problème nouveau et d’en improviser la solution, Jean Letourneur aura passé trois ans à peaufiner cet ouvrage en s’amusant beaucoup m-a-t-il confié. Etant convaincu que tout cela n’est pas si difficile, il espère que son lecteur puisse en faire autant !