ÉDITORIAL LETTRE 3AF N°30

Faisant écho à la sentence de l’écrivain Mark Twain : “ Il y a trois sortes de mensonges : les mensonges, les sacrés mensonges et les statistiques ”, l’industriel Auguste Detœuf, fondateur d’Alstom, prétendait qu’on faisait dire à une statistique ce qu’on voulait, à condition d’éviter de dire comment elle était établie. Certaines statistiques sont pourtant limpides. Ainsi celle publiée le 1er Janvier 2018 par le site Aviation Safety Network : aucun accident mortel déploré en 2017 sur les avions de lignes, c’est-à-dire ceux transportant plus de vingt passagers. Malgré un début d’année 2018 marqué par trois accidents en Russie, en Iran et au Népal, l’avion reste le moyen de transport le plus sûr au monde. Patrick Gandil, Directeur général de l’aviation civile traite dans cette Lettre de l’évolution du rôle de l’autorité dans la sécurité aérienne.

Les commissions techniques, toujours très actives, alimentent régulièrement la Lettre 3AF. Les événements qu’elles organisent permettent de faire rayonner notre association en France et à l’étranger. Le congrès Integrated Air and Missile Defence, organisé en juin 2017 à Stockholm fait ici l’objet d’une relation précise, qui donne une vision synthétique du domaine.

Un autre congrès est aussi évoqué, celui d’Aérodynamique Appliquée, qui s’est déroulé du 26 au 28 mars 2018 sur la base de l’École de l’air à Salon-de-Provence. C’est l’occasion de consacrer cette Lettre à la région Provence. La Lettre n°22 (novembre-décembre 2016) avait mis l’accent sur l’École de l’air, son histoire et son rayonnement en recherche avec le CReA et l’ONERA. La Lettre n°24 (mars-avril 2017) avait présenté le pôle SAFE. Nous complétons aujourd’hui ce panorama régional en donnant la parole aux entreprises locales : Airbus Helicopters, qui produit les hélicoptères et Airtelis, qui les utilise.

Un autre acteur provençal est également à l’honneur : l’entreprise ANS-E, dont Gilles Joubert, membre de la Commission technique Aérodynamique, présente l’activité dans le domaine des aérostats. En écho à cette actualité, on a choisi d’évoquer le souvenir d’un grand nom de l’aérostation : Albert Caquot. Durant la guerre de 1914-1918, il développa avec succès des ballons captifs d’observation sur le site de Chalais-Meudon, devenu au lendemain de la seconde guerre mondiale, l’un de trois centres de l’ONERA en Ile-de-France. L’œuvre de ce grand ingénieur, qui fut aussi le premier président du conseil scientifique de l’ONERA, nous est contée dans les pages histoire.
Mais l’histoire scientifique ne continue à s’écrire qu’à condition de veiller à la transmission des savoirs. C’est le rôle des nombreuses écoles spécialisées. L’ESTACA, membre du Groupe ISAE, est une école reconnue dans notre secteur d’activité. Jean-Pierre Sanfourche, interviewe dans cette Lettre son directeur délégué, Pascal Bidan.

Qu’elle soit initiale ou continue, la formation est un point clef pour l’avenir. Aussi la 3AF vient-elle de constituer une nouvelle commission : Compétences et formation, présentée ici par son président Philippe Boulan. ■

Ajouter un commentaire