ÉDITORIAL LETTRE 3AF N°37

Bruno Chanetz

Ce numéro spécial de la Lettre 3AF est consacré au groupe industriel MBDA, premier missilier européen et leader mondial. Le missile – armement autopropulsé et guidé - est apparu sur les champs de bataille de la Seconde Guerre mondiale. Werner von Braun, qui devait jouer un rôle majeur dans la mise en œuvre du programme spatial américain, s’était auparavant illustré en Allemagne par la mise au point des célèbres V2.

En remontant plus loin dans l’histoire, l’artillerie à feu, apparait en France au XIVe siècle, prenant le relai du trébuchet médiéval. Au XVe siècle, Charles VII le Victorieux, tiré de sa royale indolence par l’énergie de Jeanne d’Arc, eut à son service les frères Bureau, lesquels innovèrent en remplaçant les boulets de pierre par des boulets de fonte. En 1494, Charles VIII brisa la résistance des Napolitains grâce à ses haquebutes et la chronique rapporte qu’il récompensa les actes de courage individuel : 10 écus à mon canonnier pour ce coup merveilleusement bien tiré droit. L’imprécision des tirs était en effet le point faible de l’artillerie naissante. Au XVIe siècle, le chef catholique Blaise de Montluc exprimait ainsi ses doutes face aux calculs des trajectoires de boulets : Or je vois souventes fois bombardiers et pétardiers du roi … emberlificotés et empêtrés en mirifiques formules … perdant en ces cogitations temps précieux et verte jeunesse. Il m’apparait l’emploi de ces exactes formules être peu sûr et bien coûteux, pour l’incertitude où nous sommes de toutes choses terrestres … Aussi suis-je d’avis d’user plutôt de formules simples, espérant que Dieu, vu la simplicité de nos cœurs et la bonté de notre cause, fera la vivacité de poudre compenser parfois la légère fausseté de formules. 

Au XXIe siècle, il faut viser juste, les dégâts collatéraux n’étant plus acceptables. En matière d’armement, l’accent a toujours été mis sur l’innovation, et les guerres ont souvent été un puissant catalyseur permettant l’accélération de la recherche et l’émergence de concepts nouveaux. Le déploiement de l’aviation au cours de la Première Guerre mondiale en est l’illustration. De nos jours, l’innovation est une impérieuse exigence, notre sécurité reposant sur la supériorité de notre technologie.

Lors de sa visite de l’ONERA à Palaiseau, le 10 janvier dernier, la ministre des Armées, Florence Parly, a rappelé l’importance de l’innovation au service de nos Armées : Ici, partout, on connaît la nécessité de repousser les frontières de la technique, d’envisager les cas impossibles et de nous parer à toutes les éventualités. Car à l’heure où les conflits changent, où les stratégies du passé sont devenues caduques, où les nouvelles technologies structurent tous les champs de bataille, nous ne pouvons pas rester sans rien faire. Prendre le tournant de l’innovation, c’est prendre l’ascendant sur notre ennemi et refuser de se faire dépasser par nos alliés. L’innovation, c’est la garantie de notre souveraineté. C’est la garantie de notre autonomie stratégique.

Et c’est bien sous le signe de l’innovation que la Lettre 3AF consacre ce numéro spécial au groupe MBDA. La maitrise d’œuvre de cette Lettre a été déléguée à Denis Gardin, directeur Innovation et technologies futures, qui orchestre la politique d’innovation du groupe. Dans une première partie, différents aspects de cette politique sont déclinés, à commencer par l’innovation ouverte, qu’il avait présentée le 15 mai 2018, lors de la première table ronde Oliver Wyman/Alumni-ONERA, dédiée à l’Open Innovation 1. Récemment dans nos colonnes, Olivier Martin, secrétaire général de MBDA, est revenu sur cet aspect en indiquant comment MBDA cherchait à identifier, faire murir et exploiter les technologies innovantes développées à l’extérieur, notamment dans le secteur civil 2. Cette démarche impliquant les start-up est menée parallèlement aux coopérations avec les organismes étatiques : l’ONERA,l’ ISL et le CEA Tech. 

Une seconde partie est dévolue aux innovations techniques, qui concernent tous les domaines : matériaux, systèmes, simulation, navigation, radars, Intelligence Artificielle et propulsion hypersonique. Elle se termine par la présentation du projet d’usine du futur.

La Lettre s’achève par la présentation des produits de demain. Certains mettront en œuvre des lasers puissants, d’où des études en cours sur l’interaction lumière/matière. MBDA a également développé une nouvelle architecture de défense sol-air en réseau, qui présente une rupture dans l’organisation des défenses aériennes. Cette architecture, très souple, s’applique aussi bien à la défense de zones de faible superficie qu’à des territoires de grande étendue à l’échelle d’un pays.

C’est donc un panorama très large des innovations au sein de MBDA que propose ce numéro spécial. Aussi nous remercions Olivier Martin et Denis Gardin d’avoir accepté de nous faire partager ces innovations industrielles qui passionneront tous nos lecteurs épris de technique.