LE MESSAGE DU PRÉSIDENT DE L'ONERA

Tout d’abord, je tiens à remercier notre Président, Michel Scheller, de me confier la rubrique qu’il assure habituellement pour chaque Lettre 3AF comme Président de notre société savante, dont j’ai moi-même l’honneur d’être l’un des deux vice-présidents. Je sais en outre combien Michel Scheller est attaché à l’ONERA qu’il a lui-même présidé, et suis d’autant plus touché de ses félicitations pour le succès des recherches présentées dans ce numéro spécial dédié à l’ONERA.

Je tiens également à saluer l’initiative de mon prédécesseur Denis Maugars, d’avoir mis en place au sein de l’ONERA la prospective. Non qu’avant lui celle-ci eut été absente des préoccupations de notre maison. En effet beaucoup de recherches effectuées à l’ONERA s’inscrivaient déjà dans une démarche prospective, quand bien même le mot n’était pas systématiquement affiché. Cependant à partir de 2005, la création d’un centre de prospective aérospatiale a offert un cadre propice à l’émergence et à la gestation de projets plus ambitieux. La nouvelle organisation mise en place en 2017 a notamment conduit à renforcer son rôle et son positionnement en l’intégrant au sein de l’ex-direction scientifique générale devenue direction scientifique et prospective. 

Parmi la bonne vingtaine de thématiques dont s’est saisi depuis treize ans le “ Centre de Prospective et de Veille Aérospatiales ”, certaines ont débouché sur des études de fond, souvent sur ressources ONERA à leurs débuts, puis sous forme de contrats dès lors que les perspectives affichées permettaient d’y intéresser et d’y associer des partenaires extérieurs. C’est donc ce cheminement lent de la recherche que je vous propose de découvrir à travers les pages qui suivent. De l’idée qui germe après d’intenses réflexions, jusqu’aux prémices d’une technologie dont on entrevoit l’éclosion à moyen terme, des années de maturation sont nécessaires.

C’est le rôle de l’ONERA de balayer les futurs possibles, de proposer aux industriels des pistes de progrès, étayées par une réflexion soutenue et des travaux de recherche substantiels. Tous les filons découverts ne seront pas exploités : il nous appartient de savoir distinguer ceux qui sont véritablement prometteurs de ceux qui mèneront à l’impasse. Et même si toutes les voies explorées ne trouvent pas leur consécration dans une réalisation emblématique, les ingénieurs de l’ONERA n’œuvrent jamais en vain ; leurs recherches aboutissent à des ruptures et à des innovations. Ils préparent aujourd’hui les futures  “ pépites ” de l’ONERA.■

Bruno Sainjon
Vice-Président de la 3AF, 
Président Directeur Général de l’ONERA

Ajouter un commentaire