Le message du Vice-Président

Alain Wagner, Vice-Président de la 3AF

Nous avons souhaité consacrer cette lettre de la 3AF à l’espace. En effet 2019 va être une année charnière pour l’avenir de filière spatiale française avec la conjonction de plusieurs événements porteurs de forts enjeux : 

  • La tenue du Conseil de l’Agence Spatiale Européenne au niveau Ministériel, baptisé Space 19+ à Séville, les 27 et 28 novembre 2019. À cette occasion, les investissements consentis pourraient s’élever à 16 milliards d’euros couvrant les 3 ou 4 années à venir sur 4 axes : science et exploration, sécurité, applications et activités capacitantes dont l’accès à l’espace ;
  • La préparation du Cadre Financier Pluriannuel (2021-2027) de l’Union Européenne avec un budget dédié au spatial qui pourrait dépasser 16 milliards d’euros pour financer les évolutions de Galileo et Copernicus et mettre en œuvre des solutions de surveillance de l’espace ainsi que GovSatCom pour assurer des communications sécurisées. Le contexte politique est complexe car l’Union Européenne connaîtra des élections en mai 2019. Le Brexit aura aussi un impact visible sur le programme spatial européen ;
  • La tenue de la Conférence Mondiale des Radiocommunications qui se tiendra à Charm el-Sheikh en Egypte du 28 octobre au 22 novembre 2019. L’identification globale du spectre pour la 5G y sera statuée sur de larges bandes de fréquences comprises entre 24,25 et 86 GHz. La communauté spatiale devra veiller à ce que soit pérennisé l’accès au spectre qu’elle utilise dans des conditions de viabilité économique et technique ;
  • Enfin, l’exécution de la Loi de Programmation Militaire 2019-2025 qui prévoit le renouvellement complet des capacités spatiales militaires françaises.

Le début de l’année 2019 a été marqué par plusieurs coups d’éclat :

  • La Chine a réalisé une première mondiale en posant Chang’e-4 sur la face cachée de la Lune dans le plus grand cratère d’impact connu du système solaire (Chang’e est la déesse de la Lune dans la mythologie chinoise). Les communications avec cet engin sont relayées par les communications par le satellite Queqiao (pont des pies). Chang’e-4 a déployé un rover, Yutu-2 (lapin de jade 2) qui a commencé son exploration et transmis ses premières images ;
  • OneWeb Satellites, la co-entreprise entre Airbus et OneWeb, a livré les premiers satellites de la mégaconstellation OneWeb produits à Toulouse. Six des premiers satellites ont rejoint le centre spatial guyanais à Kourou pour un lancement prévu le 19 février. 

Cette année verra aussi de nombreuses célébrations du cinquantième anniversaire du premier pas de l’homme sur la Lune. Cet événement a suscité de nombreuses vocations dans la profession. C’est probablement ce qui m’est arrivé après avoir vu, comme 600 millions de personnes dans le monde, la retransmission du 21 juillet 1969 sur un petit téléviseur en noir et blanc. Nous sommes tous sortis dans la rue, et la météo idéale nous a permis d’observer la Lune avec l’espoir un peu fou d’y percevoir quelque activité. 

Que de chemin parcouru depuis le lancement du Spoutnik en 1957 ! Les solutions spatiales sont désormais devenues indispensables à la mise en œuvre de nombreuses politiques publiques et à tous les secteurs économiques. Ainsi, lors du lancement du satellite d’observation CSO (Composante Spatiale Optique), le 19 décembre dernier, la ministre des Armées Florence Parly a insisté sur l’importance stratégique du spatial. « Il nous faut surveiller plus et mieux nos satellites, a-t-elle expliqué. Il nous faut connaître parfaitement les objets qui les entourent, qui croisent leurs trajectoires. Il nous faut une cartographie parfaite du ciel. Il nous faut décourager quiconque voudrait s’attaquer à nos satellites ». 

2019 sera bien une année charnière pour l’espace. Je remercie ici, au nom de la 3AF, tous les contributeurs à cette lettre espace de la 3AF qui seront des acteurs de cette transformation.