Appartenir à une société savante et à une entreprise citoyenne

Pour nombre d’entre vous, ingénieurs, chercheurs, étudiants de notre domaine Aéronautique et Spatial, être membre de notre Société Savante est une évidence. C’est le cas également chez nos amis anglo-saxons.

En ce début d’année, pour d’autres,  se pose la question  du renouvellement de leur adhésion à 3AF.

Appartenir, être membre d’une Société Savante, ce n’est pas « seulement » si je puis dire, attendre quelque chose en retour d’une cotisation, ce n’est pas un exercice de comptabilité, ce n’est pas non plus une reconnaissance pour de bons et loyaux services, même si a priori, pour devenir membre, deux parrainages sont nécessaires. C’est beaucoup plus que cela. C’est une plongée dans le monde réel. Appartenir à une Société Savante, ce n’est pas appartenir à un monde «  éthéré » qui  se complairait dans des réflexions dont la portée serait peu visible.

On parle beaucoup du 21ème  siècle, celui où la médecine  permet de grandes choses, parfois aussi des choses qui suscitent des interrogations profondes et dont on peut se demander si elles devraient s’inscrire dans « le progrès ».

On parle de méga-complexes industriels et on ne peut qu’être interpellé lorsque l’on  visionne la « cité »  Samsung  en Corée du sud !

On parle du tissu industriel des PME/PMI, présenté comme « l’aiguillon » de la R et T, de la créativité, de l’innovation. Un bémol se glisse souvent d’ailleurs dans les discours : en France, si chaque PME/PMI embauchait  un salarié, la question de la non-activité serait réglée.

On parle des pays émergents, des nouveaux «  blocs » qui se constituent et qui inspirent, dans une mondialisation galopante, inquiétudes et craintes.

On parle de…. On parle …

Je vais vous faire part et tenter de vous faire partager une vision qui est la mienne,  que je sais partagée par nombre de ceux auprès de qui je m’exprime, et qui s’inscrit pleinement dans ce que devrait apporter le 21ème  siècle.

Sortir des difficultés économiques que nous traversons ne peut s’imaginer sans une activité industrielle de fabrication de produits ou de fourniture de services extrêmement  performante alliant productivité, politique de l’offre , créativité, aptitude à l’innovation.

Mais au- delà des aspects  matériels, qui ont leur  importance mais qui ne peuvent constituer l’essentiel des revendications, il est entendu par tous que le succès à terme suppose une évolution de l’entreprise d’hier. Cette évolution déjà se fait  jour dans  de nombreux cas vers l’entreprise que je qualifie  volontiers de «  Citoyenne », c'est-à-dire :

L’entreprise  qui respecte les individus, l’entreprise qui se préoccupe de la santé, au sens le plus large, de ses salariés, de tous les intervenants dans son activité.

L’entreprise qui aide son personnel à grandir et, au-delà, les aide à réussir pleinement leur vie familiale.

Cette entreprise-là  aura obtenu le meilleur  de son personnel.

Une voie pour cela est, pour les entreprises, d’encourager ses salariés à participer à des activités du  type de celles qu’offre une Société Savante telle 3AF.

Si je m’arrête un instant sur 3AF et ses activités :

La participation à l’activité productive  de 3AF, la participation à la diffusion du savoir, conduite avec intelligence entre autres par nos groupes régionaux,  le « coaching » des jeunes, l’expertise conduite en faveur des PME/PMI, ce riche tissu de notre économie, l’implication dans le rayonnement international de 3AF…Toutes ces activités constituent des enrichissements pour ceux qui les mènent et contribuent bien entendu à l’épanouissement  dans leur vie familiale. Mais aussi, c’est une ouverture et un plus pour les entreprises. Non seulement elles ont conscience, mais toutes celles qui sont proches de 3AF  encouragent vivement, chacune avec leurs propres méthodes , leurs collaborateurs à rejoindre de façon active 3AF.

 

Pour la même raison, nous aidons au développement de ce que j’ai appelé « l’entreprise citoyenne » et donc nous aidons à sortir notre pays de cette situation très délicate  dans laquelle on se trouve.

Vous avez tous perçu la cible de mes encouragements. Alors quand on nous dit : « Je ne vois pas  ce que m’apporte 3AF » -que ces propos soient tenus par de jeunes actifs ou des retraités-Je considère cette approche «  mercantile » comme insupportable.

Les jeunes, ce sont les actifs de demain bien sûr. Il  faut qu’ils se persuadent  de ce que l’entreprise attendra d’eux et, qu’ayant adhéré à 3AF,  toujours « parrainés » par deux anciens, ils ont le devoir de continuer  à être  des inspirateurs de 3AF, tant il est vrai qu’il  convient de sortir des sentiers battus.

Les actifs, ce sont les acteurs de l’entreprise citoyenne et si les entreprises les encouragent  à participer aux activités de 3AF,  c’est avant tout parce qu’elles savent que le retour est une action de plus vers  ce long chemin du changement.

Les retraités, non seulement, doivent apporter tout l’éclairage, toute l’expertise que leur confèrent  leurs activités passées, mais ils doivent aider les plus jeunes à construire durablement, efficacement, ce qui nous permettra de sortir la tête haute de la crise actuelle.

3AF contribue à la réussite de ce grand dessein ;  une entreprise « citoyenne » est la clé pour demeurer dans nos métiers,  aéronautique, espace, à la place qui doit être la nôtre.

Alors, ne dites pas : Que m’apporte 3AF ?

3AF vous permet tous les jours d’accomplir des  tâches citoyennes, vous permet tous les jours de redonner  au pays, une part de ce que le pays vous a donné.

Alors, demeurez membre 3AF, contribuez au phénomène «boule de neige » qui va nous permettre de nous rapprocher en quantité et qualité des sociétés savantes  de nos pays amis par de nouvelles adhésions, et ne redites plus : Que m’apporte 3AF ? mais bien: Comment m'impliquer davantage dans 3AF?

Le Président