Discours inaugural prononcé le 22 juin 2017 au salon du Bourget par Jean-Yves Le Gall, Président du CNES

Cela a été un long chemin pour aboutir à ce moment et je suis d’autant plus content d’avoir pu être disponible pour faire cette introduction.

Un long chemin parce qu’il a fallu faire la conquête de l’espace et cela a pris 50 ans d’efforts collectifs au niveau mondial pour aboutir à la situation actuelle où les technologies et le savoir-faire sont suffisamment rodés pour que de nouveaux entrants puissent s’en emparer et amplifier le mouvement en introduisant de nouvelles méthodes issues de l’économie numérique.

Un long chemin aussi parce qu’il a fallu que les efforts de recherche technologique en électronique soutiennent la loi de Moore et qu’enfin il soit possible d’intégrer dans de très faibles volumes des fonctions extrêmement complexes et ainsi permettre d’envisager des satellites de quelques litres (ou dizaines de litres) arborant des performances opérationnelles tout à fait honorables.

Un long chemin enfin pour qu’il soit possible que le secteur spatial bénéficie à son tour de l’effet d’accélération résultant de l’ouverture au grand public à l’instar de ce qui s’est passé pour le télégraphe au XIXème siècle (et plus largement pour tout le secteur des télécommunications dans un passé récent). 

Pour cela, il fallait :

  • une technologie performante à un prix accessible, c’est désormais le cas;
  • des citoyens qui souhaitent investir leur énergie dans une démarche d’exploration des possibles, que ce soit par goût de la technique, par rêve d’aventure ou par volonté entrepreneuriale ; je suis confiant dans le fait que la France soit un terreau fertile pour cela. Votre présence nombreuse dans un salon professionnel alors que vous venez de tous horizons en est la preuve. Mais j’ai aussi entendu dire que le nombre de fablabs et hackerspaces se compte en centaines sur le territoire national;
  • une dynamique collective enfin, que ce soit pour relever les défis sociétaux ou donner forme à nos rêves. Le milieu associatif français me semble extrêmement vigoureux et de nouvelles formes de travail émergent.

Alors, voilà, nous y sommes. Il ne reste plus qu’à rassembler nos efforts et explorer ensemble les chemins de ce nouveau secteur spatial qui s’offre à nous, plein de partage, de plaisir retrouvé dans le faire et d’ouverture.

J’espère sincèrement que les réflexions de la table ronde d’aujourd’hui vont permettre de générer une impulsion, que cette étincelle va prendre de l’ampleur grâce aux initiatives que chacun d’entre vous ne manquera pas de lancer au sein de son propre réseau et que tel un feu novateur nous verrons dans les mois qui viennent se construire les fondations de l’espace de demain. ■

Ajouter un commentaire