Les travaux de l’ESO-ESTACA

L’ESTACA Space Odyssey (ESO) a été créée en 1992, au sein de l’école d’ingénieurs ESTACA (Ecole Supérieure des Techniques Aéronautiques et de Construction Automobile). Notre école est spécialisée dans les transports, avec les dominantes suivantes : aéronautique, spatial, automobile et transports guidés.

Aujourd’hui présente sur les deux campus de cette école, à Montigny-le-Bretonneux et à Laval, l’ESO compte chaque année plus de cent membres qui réalisent des projets techniques dans la dominante spatiale, et qui participent aux différents évènements organisés par l’association.

L’ESO travaille principalement sur des fusées, classées selon deux gabarits : les fusées expérimentales et les mini-fusées. Les premières sont des fusées d’environ 2 m de long qui contiennent une expérience scientifique (annulation du roulis, étude vibratoire, étude supersonique, etc.). Les mini-fusées sont plus petites et servent de formation avec de petites expériences (capteurs de pression, température, etc.). Au-delà des fusées, l’ESO touche tout le domaine spatial avec également des ballons stratosphériques et des CanSats (module d’expérimentation assimilable à un petit satellite contenu dans le volume d’une canette de soda). Ces projets, réalisés de la conception à la fabrication, sont l’occasion de transmettre à la fois passion et savoir-faire aux membres, tout en leur permettant d’appliquer de façon concrète leurs notions théoriques de mécanique, d’électronique, ou encore d’aérodynamique.

Les projets se déroulent sur un an et sont lancés lors de la campagne de lancement C’Space organisée par le CNES et Planètes Sciences. Cette campagne de lancement réunit de nombreux clubs espace pendant une semaine, à laquelle les membres prennent part pour assister au dénouement de leur projet. Ces acteurs encadrent le projet et imposent à tous les projets un cahier des charges à respecter pour pouvoir bénéficier des services fournis, que cela concerne le suivi de projet ou le moyen de lancement. En effet, l’ESO peut tout réaliser sur ses fusées sauf le moyen de propulsion, car ce dernier est très réglementé et classé dans la catégorie des explosifs. Il est fourni par le CNES lors de la campagne une fois la fusée prête. Cette campagne a lieu tous les mois de juillet près de Tarbes.

L’ESO réalise également des projets qui ne s’appliquent pas au C’Space mais qui sont des projets de recherche académique. Ainsi, cette année, en plus des traditionnels projets cités ci-dessus, des projets inédits ont vu le jour :


Le projet de fusée expérimentale « Bertha » rassemble 39 membres pour la construction d’une fusée de plus de 4 mètres de long, la plus grande jamais réalisée à l’ESO. Ces proportions hors-normes et le caractère inédit d’une telle réalisation requièrent des études et des tests nouveaux et approfondis, qui bénéficient à notre association au travers d’un champ de compétences élargi ;
Le projet Aurora Liquid Engine est un projet de fin d’études réalisé par neuf étudiants de l’ESTACA issus de la spécialisation aérospatiale. Ce projet ambitieux a pour objectif la conception, l’impression et l’essai d’un moteur de catégorie spatial à ergols liquides, ainsi que la conception de son banc d’essai de mise à feu statique ;
Le projet ODDS (Optical Debris Detection System) vise à créer un module expérimental détecteur de débris spatiaux dans le cadre de la lutte contre la pollution spatiale. Ce module devrait être capable de dresser une carte des débris dans son environnement. L’objectif actuel est de lancer le module ODDS lors du vol de la fusée Bertha citée ci-dessus, afin de réaliser un test de fonctionnement en larguant préalablement des « débris » pour simuler des conditions qui seraient rencontrées dans l’espace.

L’association aspire aujourd’hui à développer ses connaissances et son expertise en réalisant un projet d’envergure : une fusée sonde qui concourra pour le record d’altitude d’une fusée étudiante européenne (actuellement de 21,5 km). Une fusée sonde est une fusée d’un à quatre étages ayant une trajectoire suborbitale. Elle a pour fonction d’effectuer des mesures ou des expériences dans la haute atmosphère. Le projet de fusée sonde serait donc divisé en de nombreux « petits » projets ayant pour but de préparer le projet principal. Cela représenterait un total de 21 projets (en comptant la fabrication de la fusée sonde) répartis sur 8 périodes de 6 mois (temps nominal). Certains de ces projets seraient dépendants, c’est-à-dire que leurs résultats serviront de données de base à des projets ultérieurs. Tous ces projets comprennent le développement de la fusée sonde et des outils annexes de la phase de développement à la phase de réalisation. 

Les projets majeurs cités ci-dessus permettront d’acquérir des compétences dans la réalisation d’une fusée de grandes dimensions, dans le domaine de la propulsion et dans l’intégration d’une charge utile significative.

Parmi les évènements que l’ESO organise autour du spatial, citons la participation chaque année à la Fête de la Science, pour faire découvrir notre activité aux enfants. Des conférences avec des intervenants du secteur et des alumni sont régulièrement organisées, autour de thèmes variés comme la colonisation de Mars ou la vie d’un astronaute. L’ESO est également présente lors de forums tel que celui de l’Ecole polytechnique à l’occasion de la Space Week qui a eu lieu cette année fin janvier, mais aussi participe à différents évènements de l’aéronautique et du spatial tels que le salon du Bourget ou encore l’International Astronautical Congress.