Actualités

Partager sur :
23 février 2021
Articles

Edition 2020 des PRIX 3AF

Vue 643 fois

Le 16 décembre 2020, à l’issue de l’Assemblée Générale Ordinaire de 3AF, était annoncée la liste des lauréats des Prix 3AF 2020. Dans le contexte très particulier de cette année 2020, l’Assemblée s’est tenue entièrement à distance. Il en a été de même pour l’annonce des lauréats des Prix, ayant été décidé que la cérémonie de remise « officielle » des Prix 2020 serait organisée ultérieurement dès que les conditions sanitaires le permettront.

« Les Prix sont destinés à reconnaitre les mérites des membres individuels ou collectifs dont les travaux ont valorisé les domaines de l’Aéronautique et de l’Espace »

Un Comité des Prix, présidé par Hervé Austruy, Président du Groupe Régional Aquitaine et composé de 14 membres d’origines diverses : industriels, techniciens, chercheurs, dont 8 membres Emérites, a été amené à statuer sur le choix des lauréats.

Nous avions, cette année, 13 dossiers de candidatures répartis en 5 catégories de Prix, à savoir :

  • Prix Jeunes actifs, destinés à récompenser des candidats ayant une première expérience professionnelle réussie, remarquée pour la qualité et l’originalité de ses travaux ;
  • Prix de l’Excellence scientifique relative à la maitrise de travaux techniques particulièrement innovants et à haute valeur technologique ;
  • Prix de Thèse pour des candidats ayant récemment ponctué leur formation par une thèse sur des sujets d’avenir ayant permis une avancée scientifique significative pour l’aéronautique ou le spatial ;
  • Prix réussite collective pour récompenser une équipe multi disciplinaire ayant œuvré avec succès à un projet d’envergure commun, servant la cause du domaine aéronautique et spatial ;
  • Enfin un Grand Prix spécial destiné à reconnaitre les mérites de grands acteurs avec un parcours professionnel remarquable, investis dans leur carrière dans la promotion et la valorisation du domaine Aéronautique et Spatial au niveau national et international.

Le Comité des Prix ainsi réuni le 21 octobre 2020 a procédé aux choix suivants, validés par le Conseil d’Administration de 3AF.

 

De nombreuses candidatures nous ont été transmises. En conséquence, le Comité a été amené à retenir 2 lauréats dont les parcours étaient particulièrement remarquables :

M. Dimitri Goutaudier

Dimitri a un parcours de formation particulièrement riche en France (Centrale Nantes) et à l’étranger (Lausanne) ponctués par une thèse avec de nombreuses idées originales sur la détection d’impacts sur les structures composites.

Il est l’auteur de nombreuses publications dont 4 dans la presse internationale et de communications dans des congrès internationaux.

Il est également l’auteur d’un brevet Europe – Etats-Unis sur un équipement avion.

Agé de 27 ans, son démarrage de sa vie professionnelle est fait de 2 étapes successives :

  • La première pour 3 ans à l’ONERA et au CNAM pour le compte d’Airbus.
  • La deuxième en cours, avec un poste de chercheur postdoctorat au CNRS avec l’objectif de développer une méthode numérique pour la simulation d’endommagements des matériaux composites par choc laser.

Son mérite reconnu est d’allier le goût pour le haut niveau scientifique avec les exigences pratiques industrielles.

"Je suis ravi d'avoir reçu le prix 'Jeunes actifs' 3AF qui me motive énormément à poursuivre dans la recherche. Je vais continuer d'essayer d'apporter des réponses originales aux sujets sur lesquels je travaille, en restant proche des applications industrielles. Je renouvelle tous mes remerciements au comité des prix. Je remercie également toutes les personnes qui m'ont soutenu au cours de ma thèse et de mon post doc, qui m'ont offert des cadres de travail agréables, et qui m'ont transmis le goût pour la recherche : en décontraction et en efficacité !"

Dimitri Goutaudier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

M. J. F. 

Compte tenu de ses activités, ce lauréat a souhaité conserver l’anonymat.

J. F. a une formation d’Ingénieur ISAE/ENSMA Poitiers, avec un projet de fin d’Etudes à l’ONERA sur l’étude de la prévision des performances des chambres de combustion de statoréacteurs.

C’est donc tout naturellement qu’il a intégré MBDA en 2014 dans le service analyse thermique comme spécialiste Thermicien Energéticien avec attribution d’un Awards MBDA en 2017. Il a fait preuve d’une grande capacité d’innovation en développant en moins de 3 ans un moyen d’essai unique en Europe avec la collaboration de laboratoires extérieurs ALPHANOV et le lancement d’une thèse CIFRE.

En moins de 3 ans il a développé et réalisé ce moyen d’essai, faisant preuve de beaucoup de détermination, d’esprit d’équipe et d’adaptabilité.

Agé seulement de moins de 30 ans il se voit proposer en 2019 un deuxième poste chez MBDA. Il est aujourd’hui ingénieur responsable Maîtrise d’ouvrage propulsion solide et équipements pyrotechniques.

Un début de carrière, donc, particulièrement remarquable.

"Je suis très heureux d’avoir été nommé pour le Prix Jeunes actifs 3AF car ce prix récompense avant tout le travail d’une équipe, puisque sans le soutien de mes collègues et experts multi-métiers ce projet n’aurait pas pu aboutir.

Pour mettre en place une collaboration qui soit novatrice d’un point de vue technique mais aussi vis-à-vis du montage contractuel, il faut trouver un bon partenaire, et en ça, ALPhANOV (Centre de Ressource Technologique du pôle de compétitivité « ALPHA Route des Lasers et des Hyperfréquences ») à complètement joué le jeu avec sa casquette de centre technologique. Je les remercie donc très chaleureusement et j’espère que ce beau projet et sa réalisation du laboratoire commun VTF (Vulnerability Test Facility) ne sont finalement qu’une première étape sur une coopération qui sera enrichissante et surtout durable.

Je voudrais aussi mettre en lumière le contexte actuel qui s’avère être difficile pour beaucoup, cela impacte les entreprises et plus généralement le marché de l’emploi. Cette déstabilisation a eu un impact fort et mesurable qui a été l’augmentation des demandes d’aides alimentaires, par des familles ou par des étudiants. Ayons une pensée pour les autres en soutenant une association comme Les Restos du Cœur ou en faisant un don au fonds de solidarité des écoles d’ingénieurs qui aident les étudiants en difficulté.

Pour finir, je voudrais adresser mes félicitations aux autres lauréats des Prix 3AF pour l’année 2020, j’ai hâte de pouvoir vous rencontrer pour que l’on fête cela ensemble et surtout que l’on ait l’occasion d’échanger sur nos différents travaux." 

J. F. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

M. Thierry Fusco

Thierry Fusco est Directeur de Recherche à l’ONERA, spécialiste en Optique Adaptative. Il a rejoint l’ONERA il y a 23 ans où il a d’abord effectué sa thèse de doctorat, puis a été embauché en 2000 au département d’Optique et Techniques associées.

Il est dans ce domaine de l’optique un expert mondialement reconnu. Ses travaux ont fait l’objet de 189 publications et de 382 conférences internationales. Il a déjà encadré 15 doctorants et actuellement 3 doctorants travaillent sous sa direction.

Il a contribué à l’élargissement du domaine de l’Optique Adaptative depuis l’observation d’astéroïdes à très haute résolution, jusqu’au traitement d’images biomédicales et de chirurgie laser avec notamment une observation très précise de la rétine actuellement testée en milieu hospitalier.

Sa collaboration avec 3AF est également à noter avec l’écriture en 2018 d’un article sur l’application de l’Optique Adaptative pour les télescopes au sol.

C’est donc tout naturellement que Thierry Fusco a été désigné lauréat du Prix de l’Excellence Scientifique.

 « Bonjour, je m’appelle Thierry Fusco, je suis directeur de recherche à l’ONERA. Je voulais tout d’abord remercier 3AF pour ce prix et M. Bruno Sainjon, président de l’ONERA, pour m’avoir parrainé. Depuis plus de vingt ans maintenant je mène des travaux de recherche visant à améliorer la qualité et la résolution d’images astronomiques obtenues depuis le sol par des télescopes géants. Il s’agit essentiellement du concept d’Optique Adaptatif qui permet de corriger en temps réel les défauts introduits par la turbulence atmosphérique sur les images, mais aussi les concepts de traitement de données qui vont permettre d’exploiter ces images et d’exploiter au mieux chaque photo reçue par le télescope pour en extraire l’information astrophysique la plus pertinente.

Il s’agit par nature d’activités très pluridisciplinaires qui ne peuvent se concevoir que comme une aventure collégiale. A ce titre, je voudrais associer à ce prix deux personnes, deux chercheurs, et à travers eux, deux équipes qui forment le socle de l’activité que je mène. Il s’agit de M. Benoît Neichel pour le Laboratoire d’Astrophysique de Marseille et M. Jean-François Sauvage pour l’ONERA.

Depuis dix ans maintenant, nous travaillons ensemble dans le cadre d’une Equipe Intégrée LAM-ONERA, qui regroupe des ingénieurs et des chercheurs des deux instituts et qui permet de mettre en commun les compétences et les moyens de chacun des partenaires pour développer des activités de recherche de haut niveau mondial mais aussi pour participer, voire pour être leader, dans le développement de l’instrumentation au service de la communauté astronomique. A ce titre, nous avons développé des instruments pour les télescopes de la classe des huit mètres et des dix mètres qui sont actuellement en opération et nous développons la nouvelle génération d’instrumentation pour les télescopes géants, les futurs télescopes de quarante mètres de diamètre qui vont révolutionner l’astronomie à l’horizon 2025 ou 2030.

Je voudrais encore une fois remercier 3AF pour ce prix et surtout remercier très chaleureusement mes collègues des unités Haute Résolution Angulaire de l’ONERA et du groupe GRD du LAM. Merci à tous. »

Thierry Fusco

 


En fait nous avons désignés 2 lauréats pour ce Prix de Thèse qui ont tous deux brillamment soutenu leur thèse mais dans 2 registres assez différents, le scientifique et l’industriel.

M. Pierre Cordesse

Pierre Cordesse est diplômé de l’Ecole Centrale de Paris et a achevé son doctorat au laboratoire de mathématiques appliquées de l’Ecole polytechnique. Son sujet de thèse : contribution à l’étude des instabilités de combustion dans les moteurs cryotechniques, directement applicable aux moteurs fusées du spatial. Ses travaux ont été réalisés avec un panel de partenaires universitaires et étatiques particulièrement large comme l’Ecole Polytechnique, l’Ecole Centrale de Paris, l’ONERA, le CNES ou la NASA. Cette thèse de dimension internationale l’a conduit à présenter ses travaux dans de nombreuses conférences internationales notamment au Japon, au Royaume-Uni, aux Etats-Unis ou au Brésil.

Il achève actuellement un Master of Business Administration (MBA) chez Air Liquide où il est chargé de mission pour la Direction du Département Spatial afin de contribuer à définir la stratégie de la société dans ce domaine.

Sa collaboration avec 3AF est également à noter avec, par exemple, la synthèse de deux manifestations internationales : le forum New Space en 2019 et les journées internationales Tous sur la Lune dont il a réalisé la synthèse pour la lettre 3AF.

Le soutien de nombreux responsables industriels ou universitaires rencontrés est unanime et nous a conduits tout naturellement à retenir Pierre Cordesse pour le Prix de Thèse 2020.

« Je suis très heureux aujourd’hui que ma thèse co-financée par le CNES et l’ONERA soit récompensée par 3AF.

Je souhaite avant tout remercier M. Bruno Chanetz de m’avoir proposé de candidater au Prix de Thèse 3AF et d’avoir été parrain de ma candidature.

Merci beaucoup à M. Bruno Sainjon, président de l’ONERA, à M. Marc Massot mon directeur de thèse, professeur à l’Ecole polytechnique et à M. Bruno Boulay, directeur du Collège des Ingénieurs, d’avoir soutenu ma candidature. Enfin, je souhaite remercier 3AF pour ce prix mais plus largement pour le cadre proposé pour s’impliquer bénévolement dans des projets intergénérationnels entre l’industrie et la recherche. »

Pierre Cordesse

 

 

Mme Cassiopée Galy

Cassiopée Galy a soutenu son Doctorat en Mécanique à l’Ecole Doctorale des Sciences Physiques et de l’Ingénieur de l’Université de Bordeaux. Elle est diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure de Chimie, de Biologie et de Physique (ENSCBP) de Bordeaux. Sa thèse est centrée sur la fabrication additive appliquée aux alliages aluminium hautes résistances pour application aéronautique. Ses travaux ont fait l’objet de nombreuses présentations lors de séminaires ou conférences tant au niveau national qu’international (Etats-Unis, Allemagne).

Depuis mars 2019, elle a intégré l’Institut de Recherche IRT Saint-Exupéry à Toulouse où elle prolonge ses travaux sur la fabrication additive en vue d’applications industrielles. C’est l’aboutissement d’un parcours étudiant où elle a alterné la formation et l’activité en entreprise avec un passage de 3 ans chez Safran.

Tout au long de son parcours étudiant, elle s’est beaucoup investie dans les actions de 3AF, en étant responsable du Comité jeunes de 3AF Aquitaine. Elle prolonge cet engagement en région toulousaine où elle vient d’être nommée Vice-Présidente du Groupe Régional Midi-Pyrénées.

Nous lui souhaitons le plus grand succès dans son profil industriel mené conjointement avec son action de contribution au rayonnement de 3AF notamment vis-à-vis des jeunes.

« Bonjour à tous, lorsque j’ai postulé au Prix de Thèse de 3AF j’ai commencé ma lettre par une citation d’Antoine de Saint-Exupéry : L'avenir n'est jamais que du présent à mettre en ordre. Tu n'as pas à le prévoir, mais à le permettre. Pour moi cette citation reflète bien le travail d’un doctorant et j’espère avoir contribué à mon échelle à une meilleure compréhension des phénomènes physiques mis en jeu lors de la fabrication additive métallique, travail que je poursuis aujourd’hui au sein de l’IRT Saint-Exupéry à Toulouse.

Je tiens à remercier 3AF pour l’attribution de ce Prix de Thèse et en particulier Claude Motel qui m’a fait découvrir ce réseau de passionnés qu’est 3AF.

Je remercie également toutes les personnes de mon entourage personnel et professionnel qui m’ont soutenue lors de ma thèse. Je suis heureuse de continuer aujourd’hui mon aventure au sein du Groupe Régional 3AF Midi-Pyrénées où j’aurais à cœur de faire découvrir au plus grand nombre ma passion de l’aéronautique. »

Cassiopée Galy 

 


 

L'équipe SEIS : Philippe LAUDET, Charles YANA, Annick SYLVESTRE-BARON, Ludovic ROCHAS, Laurent KERJEAN, Nicolas VERDIER, Gabriel PONT, Frédérique MEUNIER, Michel NONON, Laure LUNO, Roger LLORCA-CEJUDO, Christophe FERRIER, Isabelle SAVIN de LARCLAUSE, Jean-Marie MOURET, Agnès JULLIEN, Thierry CARLIER, Christophe AGARD, Alexis PAILLET, Raoul GONZALEZ, Thierry BLOCH, Steve BLANDIN, Frans IJPELAAN, Clément BRYSBAERT, Maxime ANDRÉ, Julien VALLADE, Ludovic PERRIN, Christian MARTIN, Benjamin POUILLOUX, Bruno VELLA, Carole LARIGAUDERIE, Pierre BOUTTÉ, Ingrid ALFRANCA, Guy PEREZ, Jean-Michel DESMARRES, Alain ROSAK, Céline PATISSIER, Julien BAROUKH, Jean-Renaud MEYER, Marie-France LARIF. 

Equipe SEIS du CNES

Tout d’abord quelle signification pour SEIS ? Cela signifie « Seismic Experiment for Interior Structures ». En fait, il s’agit d’un sismomètre développé par les équipes du CNES qui se trouvait à bord de la sonde InSight de la NASA posée sur la planète Mars en Novembre 2018. Le déploiement du sismomètre a ensuite nécessité 3 mois pour aboutir à un succès total ce qui a permis notamment à la France de briller à l’international.

Ce dispositif mesure l’activité tectonique de Mars, ce qui permet d’en déduire des informations sur sa structure interne. D’autres données sont également acquises grâce à ce dispositif comme l’analyse des impacts des météorites, la mesure de la vitesse de refroidissement de la planète ou la mesure des variations de l’axe de rotation de la planète rouge.

Il serait trop long d’expliquer ici tout l’historique de ce succès spectaculaire obtenu par les équipes CNES en grande majorité implantées sur le site de Toulouse.

Ce projet a été mené depuis 2012 par les équipes CNES (environ 35 personnes concernées) avec les équipes de la NASA. Cette collaboration avec la NASA pendant ces 8 années a fait l’objet d’un suivi régulier très précis avec de nombreuses revues pilotées par le Jet Propulsion Laboratory. A noter également le caractère très international de ce développement piloté par l’équipe CNES avec de nombreux partenaires européens en Grande-Bretagne (Oxford), en Suisse, en Allemagne ou en France.

Au niveau communication, à noter les nombreuses conférences et actions vers le grand public à l’initiative du CNES, depuis l’origine du projet (salon du Bourget 2019, Présentation aux Etudiants d’Universpace à Toulouse ou Conférence à la Sorbonne avec plus de 800 participants).

Une félicitation toute particulière, donc, aux équipes CNES pour leur expertise mondialement reconnue et renforcée par le succès de cette opération SEIS.

"Je suis très fier et très honoré que le CNES soit retenu à travers l’équipe SEIS InSight pour le Prix réussite de 3AF. Le sismomètre français SEIS est la pierre angulaire de la mission InSight de la NASA qui s’est posée sur la planète Mars le 26 novembre en 2018. Le développement de SEIS et de son centre d’opération au CNES à été extraordinairement complexe et les challenges relevés par l’équipe ont été nombreux, mais ils l’ont tous été avec brio et le 26 novembre 2018 la France était sur Mars.

La communauté scientifique dispose ainsi d’une fantastique moisson de données sismiques et météorologiques qui a d’ores et déjà permis de révolutionner notre connaissance de Mars.

La réussite a été totale, technique bien sûr mais également humaine à travers les fortes collaborations avec les ingénieurs de la NASA, les partenaires européens, les diverses équipes industrielles, les équipes scientifiques du CNRS et bien sûr toutes les couches du métier au sein même du CNES.

Je suis à ce titre très heureux de voir aujourd’hui reconnue l’équipe du CNES à travers ce Prix réussite 3AF, il vient souligner l’excellence et la variété des différents acteurs du projet, des équipes du développement comme de l’exploitation. La motivation et l’investissement personnel à toujours été exemplaire et l’expérience engrangée inestimable.

Cette excellente collaboration pluridisciplinaire permet à la mission InSight et à son instrument SEIS d’être le succès qu’ils sont aujourd’hui et de faire briller la France à l’international, une fois encore : bravo à tous ! »

Jean-Yves Le Gall, Président du CNES

C’est en décembre 2020 que Philippe Petitcolin  a mis un terme à une brillante carrière dans le domaine Aéronautique, Spatial et Défense, conclue par la fonction de Directeur Général du groupe Safran, l’un des leaders mondiaux du domaine.

Après une formation initiale de licence en mathématiques et d’un MBA de HEC, il a démarré sa carrière industrielle au sein des Sociétés Filotex (Groupe Alcatel-Alsthom) et Chester Cable, aux Etats Unis.

Il rejoindra ensuite le Groupe Labinal en 1988. Il y développa sa carrière avec les   fonctions de Directeur Général de différentes divisions telles que Systèmes aéronautiques, puis celle de Filtrauto et enfin celle de Matériaux de friction.

En 2001, il devient Directeur Général de Labinal, intégré au groupe Snecma avant d’en être nommé Président Directeur Général en 2004.

Sa carrière dans les groupes Snecma dont il est nommé Président Directeur Général en 2006, puis Safran, fut alors très riche en postes à responsabilités : Directeur Général Défense-sécurité de Safran et Président Directeur Général de Sagem en 2011 et de Morpho en 2013.

Ses succès dans ces domaines très variés l’ont conduit à sa nomination le 23 Avril 2015 au  poste éminent de Directeur Général de Safran, l’un des leaders mondiaux de l’Aéronautique (Propulsion et Equipements intérieurs), de l’Espace et de la Défense.  

Il contribuera au développement du groupe, avec notamment l’intégration de Zodiac, pour en faire un Groupe international de haute technologie avec un chiffre d’affaires de 25 milliards d’Euros. Safran est aujourd’hui un  leader mondial implanté sur les 5 continents, employant 80 000 personnes, numéro 1 mondial dans de nombreux domaines, notamment des moteurs d’avions civils et des turbines d’hélicoptères.

Pour l’avenir du domaine,  Il a engagé Safran dans des programmes de recherche et développement qui préservent les priorités environnementales de sa feuille de route innovation technologique.


 






Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.