Actualités

Partager sur :

INTERVIEW DE PATRICK SOUCHU

11 avril 2023 Lettre 3AF
Vue 367 fois

Article paru dans la Lettre 3AF N°2-2023

INTERVIEW DE PATRICK SOUCHU, DIRECTEUR DU PROGRAMME SESAR À LA DIRECTION DES SERVICES DE LA NAVIGATION AERIENNE DE LA DGAC

Patrick Souchu est ingénieur général des Ponts Eaux et Forêts, il est directeur de programme au sein de la Direction des Services de la Navigation Aérienne (DSNA), en charge du pilotage de projets de recherche et innovation et de projets de déploiement menés dans le cadre européen SESAR. 

Comment la DSNA se situe-t-elle au sein de la DGAC ?

 

La DSNA est l’une des trois directions techniques de la DGAC, au même titre que la DSAC (Direction de la Sécurité de l’Aviation Civile) et la DTA (Direction du Transport Aérien). Elle est prestataire de services de la navigation aérienne, dont la mission diffère par conséquent d’une mission de surveillance ou d’une mission régalienne. Elle est autofinancée par les redevances payées par les opérateurs dans le cadre du budget annexe contrôle et exploitation aériens (BACEA). Le taux de redevances est fixé par la Commission européenne en fonction d’un « performance plan ». La DSNA rend des services de gestion du trafic aérien (contrôle aérien, informations de vols, alerte) dans 7 régions d’information de vol et 87 aérodromes de métropole et d’outre-mer. Elle coordonne l’organisation des recherches et de sauvetage pour l’ensemble des espaces aériens français (voir figure 1).

 

La DSNA comprend trois sites principaux : le siège à Paris (DGAC), la Direction Technique et de l’Innovation (DTI) à Toulouse et la Direction des Opérations (DO) à Athis-Mons. 

 

L’effectif total de la DSNA est de 7000 personnes, dont 4800 contrôleurs aériens. [Illustration figure 1] montre la répartition en France des différents sites : tours de contrôle, sites radar, centres de contrôle en route.

 

À Toulouse, la DTI (Direction Technique et Innovation) comprend 450 personnes. Elle gère les dossiers techniques et conduit certaines études relatives à la préparation du futur. C’est là en particulier que sont menés une grande partie des travaux relatifs aux projets de Recherche et Innovation SESAR (Single European Sky ATM Research) dont nous allons parler plus loin. 

 

Comment pourriez-vous résumer la stratégie environnementale de la DSNA ?

La transition écologique de la navigation aérienne vise à réduire l’impact de l’aviation sur la qualité de l’air et sur les nuisances sonores. Comment les priorités sont-elles hiérarchisées ? 

 

  • La première priorité est évidemment la sécurité. Viennent ensuite :
  • L’environnement : diminution des nuisances sonores dans les basses couches et réduction du CO2 et des traînées dans l’espace aérien ;
  • L’optimisation des réseaux de routes grâce  notamment à l’aide de la navigation par satellites : routes plus courtes en temps et en distance – niveaux de vol optimaux – profils de vol optimisés, en particulier les descentes (descentes continues) ; 
  • L’augmentation des capacités ;
  • La réduction des coûts (infrastructures et personnel).

Le document stratégique DSNA est actuellement en cours de mise à jour dans un contexte post crise sanitaire Covid-19.

 

La SESAR JU (Single European Sky ATM Research Joint Undertaking) de l’Union Européenne prépare l’avenir de la navigation aérienne en Europe au sein du Ciel Unique Européen.

 

Comment la DSNA participe-t-elle à ses travaux ? Sur quels projets se concentre-t-elle plus particulièrement ?

 

La DSNA est membre de SESAR JU. C’est dire qu’elle contribue éminemment au déroulement d’un grand nombre de projets initiés par elle : une centaine depuis le début de SESAR 1, et une vingtaine sont actuellement en cours de développement. La France, avec la DSNA et ses différents partenaires industriels est dans le peloton de tête des grands contributeurs aux actions de recherche dirigées par SESAR  JU, avec l’Allemagne (DFS), le Royaume-Unis (NAT), l’Italie (ENAV) et l’Espagne (ENAIRE). 

 

Pourrions-nous passer brièvement en revue quelques-uns de ces projets actuels ?

 

La 2ème phase de SESAR est appelé SESAR 2020 et s’appuie sur le programme de financement européen Horizon 2020 qui a permis de lancer de nombreux projets. Parmi ceux-ci, on peut citer :

 

Le projet ADSCENSIO, piloté par la DSNA associe 21 partenaires dont AIRBUS, la société ESSP (European Satellite Service Provider), des industriels et les principaux opérateurs de navigation aérienne européens (Air Navigation Service Providers - ASNPs)… 

 

L’objectif de ADSCENSIO est de progresser vers l’utilisation par les ANSPs, des données de la trajectoire bord calculée par le système de gestion du vol (Flight Management System – FMS) de l’avion. Ces données transmises par les avions (ADS-C EPP) permettent d’avoir au sol une vision plus précise de la trajectoire future du vol, contribuant ainsi à une meilleure sécurité et à une diminution de la consommation de carburant. En 2022 et 2023, neuf démonstrations auront été conduites en Europe avec des avions équipés, dont deux d’entre elles dans l’espace aérien français. Ce projet de terminera à la mi-2023.

 

DNMS (Digital Network Management Services) a pour objectif de détecter et résoudre en anticipation les points de saturation du trafic aérien en en explorant de nouvelles avancées en matière de gestion et régulation des flux de trafic aérien. Pour mener à bien cet exercice de simulation, la DSNA a développé une plateforme spécifique en partenariat avec l'ONERA. Les algorithmes fournissent une aide à la décision pour les personnels chargés de activités ATFCM (Air Traffic Flow and Control Management) au sein des CRNA (Centre en-Route de la Navigation Aérienne). Fruit de deux ans de préparation, cet exercice a été mené en 2022 par trois centres régionaux : Aix-en-Provence, Bordeaux et Brest. La poursuite du projet DNMS dans le cadre de SESAR 3 prévoit de travailler sur deux axes :

  • 1) faciliter les trajectoires « vertes » en détectant les secteurs de contrôle peu chargées ;
  • 2) fluidifier le trafic en optimisant les mesures de régulation.

 

ALBATROSS – Le projet SESAR ALBATROSS est piloté par AIRBUS. IL vise à généraliser dans l’espace aérien européen des solutions court-terme favorisant des vols plus économes en kérosène, moins bruyants et plus performants du point de vue environnemental grâce à des trajectoires de montée et de descente continue.

 

Sur les liaisons Paris-CDG > Toulouse en septembre 2021 et Paris CDG > Stockholm en mars 2022, il été possible de lever de manière dynamique certaines contraintes (Route Availability Document) sur la route, d’autoriser des altitudes plus élevées en croisière, de faire arriver à Paris-CDG les avions plus hauts sur les points de descente afin d’initier des descentes « vertes ».

 

Concept U-Space – Pour accueillir les drones dans un espace aérien sûr et performant, SESAR JU mène des travaux avancés d’évaluation auxquels la DSNA participe activement. La Commission Européenne (DG Move) et SESAR 3 ont lancé la nouvelle stratégie « Drones 2.0 » le 29 novembre 2022. Elle porte sur des mobilités et des services aériens associés innovants et vise à renforcer les capacités industrielles européennes civiles et militaires en ce domaine. Le concept d’intégration des drones est déjà étudié en particulier dans le cadre de trois projets : ERICA, AURA et CORUS-XUAM, auxquels la DSNA a participé.

ERICA, pour étudier l’accommodation des drones RPAS (Remotely Pilotes Aircraft System) dans un espace aérien contrôlé non ségrégué. En mars 2022, la DSNA a testé sur l’aéroport de Clermont-Ferrand une procédure simple pour permettre à un nombre limité de drone pilotés à distance RPAS de voler dans les espaces aériens non ségrégués. 

AURA, pour poser les bases techniques et opérationnelles pour l’intégration des drones dans l’espace européen. En septembre 2022, la DSNA et Thales ont mené un exercice sur l’aéroport de Lille pour démontrer la maturité d’une interface entre le contrôle aérien et les services U-Space délivrés par l’outil de Thales. Cet exercice a permis d’évaluer le bon fonctionnement des différents services U-Space :
identification, géovigilance, autorisations de vols, surveillance des non-conformités.

ORUS-XUAM, pour définir des solutions U-Space aptes à faciliter la mobilité aérienne urbaine (Urban Air Mobility). Dans la perspective d’un service VTOL (décollage et atterrissage vertical) reliant les aéroports en zones urbaines, la France a mené une série de vols de démonstration en septembre 2022 à l’aérodrome de Pontoise. Les participants étaient : Aéroports de Paris, DSNA, Volocopter, Pipistrel, Hologarde, M3 Systems. Les résultats des différentes démonstrations menées serviront à établir les prochaines réglementations européennes.

 

Dans le cadre de « HORIZON EUROPE », la phase 3 du programme SESAR (SESAR 3 - 2021-2030) un effort particulier porte sur le futur Ciel Européen Digital (European Digital Sky). Comment la DSNA participe-t-elle à ces travaux ?

 

Dans le cadre de « HORIZON EUROPE », la Commission Européenne a établi des partenariats dans différents domaines stratégiques. Le partenariat gestion du trafic aérien (ATM) appelé SESAR 3 dispose d’un budget de 522 M€, dont 85% sont consacrés aux projets de recherche industrielle. Ce partenariat entreprend un programme de travail visant à créer un « Digital European Sky » plus « vert »,  plus connecté et ouvert aux nouveaux entrants que sont drones et aéronefs à haute altitude. La DSNA a conclu son adhésion à ce nouveau partenariat en novembre 2021. Plusieurs appels d’Offre ont été lancés pour des Démonstrateurs digitaux, des projets de recherche exploratoire et des projets de recherche industrielle. La DSNA a été retenue pour deux projets de démonstrateurs : HERON et U-ELCOME représentant environ 2 M€ de cofinancement sur 3 ans à partir de novembre 2022.  Par ailleurs, à l’automne 2022, la DSNA s’est positionnée sur 19 autres propositions de recherche et innovation et elle a été retenue sur 14 projets.

 

HERON (Highly Efficient Green Operations) a pour mission de rechercher des solutions pour améliorer la performance environnementale des opérations aériennes dans toutes les phases de vol en utilisant les nouvelles technologies. Les objectifs de la participation de la DSNA sont les suivants : 

  • 1) Démontrer l’optimisation environnementale des flux d’arrivées sur les aéroports parisiens grâce au partage des données sur la trajectoire 4D et les intentions du pilote (En-Route, Extended TMA et TMA) ;
  • 2) Étudier la mise en place d’approches plus vertes ;
  • 3) Améliorer la planification de la trajectoire ;
  • 4) Préparer le déploiement de services liés à l’ADS-C.

 

U-ELCOME (U-Space European Common Development) a pour mandat d’introduire les premiers services de l’U-space grâce à une série de validations et de démonstrations et de consolider la normalisation ainsi que les exigences réglementaires des services proposés.

 

La DSNA travaille-t-elle également en coopération avec la Grande-Bretagne, malgré le Brexit ?

 

La Grande-Bretagne continue à participer activement aux travaux SESAR. Son engagement dans les projets SESAR 2020 est maintenu jusqu’à la fin de ces projets. Pour SESAR 3, le NATS s’est associé à de nombreuses propositions de projets. Il prévoit de participer en autofinancement si des accords plus généraux de contribution au programme de financement Horizon Europe ne sont pas conclus par le Royaume Uni avant mai 2023. 

 

Quels liens ont-ils été établis avec l’ENAC en vue favoriser l’active contribution des élèves en Recherche et Innovation dans le domaine de la gestion du trafic aérien ?

 

L’ENAC elle-même est membre de SESAR JU depuis 2021. Néanmoins, la DSNA bien évidemment entretient des relations étroites de coordination avec l’ENAC sous la forme d’un partenariat. L’accord-cadre de partenariat DSNA-ENAC signé en janvier 2021 a pour objectif de fournir aux projets innovants ou projets de recherche sélectionnés un appui sous différentes formes : encadrement de thèses, plateformes de tests communes, financement. La DSNA et l’ENAC mutualisent certains efforts en matière de recherche et innovation et coordonnent leurs participations communes ou complémentaires aux projets SESAR 3.

 

En conclusion, quelles sont vos grandes priorités pour l’année 2023 ?

 

Les trois plus importantes sont les suivantes :

  • Réussir la transition SESAR 2020 > SESAR 3 (16 projets nouveaux) ;
  •  Maintenir la dynamique de déploiement au sein de la DSNA en conformité avec la règlementation :
    - La réglementation Common Project CP 1 116/2021 inclue 6 grandes familles de fonctionnalités ATM nouvelles (par exemple le Free Route, une nouvelle approche pour voler dans l’espace supérieur, qui offre aux compagnies aériennes un choix élargi de planification et de gestion de leurs opérations) ;
  • Contribuer à la prochaine mise à jour au Master Plan Ciel Unique Européen SES (Single European Sky).

Jean-Pierre Sanfourche,

Rédacteur en Chef 

Figure 1

 

Afin de vous permettre de lire en avant-première la parution de la version numérique complète de la Lettre 3AF,

Rdv dans votre espace adhérent puis cochez dans l’onglet Mail/abonnements :

Je souhaite m'abonner à la Lettre 3AF de l'association.




Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.