Actualités

Thomas Pesquet Thomas Pesquet
Partager sur :
03 mai 2021
Articles

L'envol de Thomas Pesquet vers l'ISS

Vue 448 fois

Thomas Pesquet fut le 10e astronaute français à s’arracher de la pesanteur terrestre pour rejoindre l’International Space Station (ISS) en 2016 lors de la mission Proxima à bord du vaisseau spatial russe Soyuz. Le 23 avril 2021, Thomas Pesquet s’est envolé pour la deuxième fois, cette fois-ci à bord de la capsule Crew Dragon propulsé par un Falcon 9, avec un équipage constitué des astronautes de la NASA, Megan MacArthur et Shane Kimbrough, et l'astronaute japonais Aki Hoshide. Après 24h de voyage, la capsule s’est amarrée de manière autonome à l’ISS, permettant alors à Thomas Pesquet de devenir le premier commandant de bord français de l’ISS pour une mission de 6 mois nommée Alpha. Bénéficiant d’un environnement en microgravité, Thomas pourra mener de nombreuses expériences de recherche inédites, difficilement reproductibles sur Terre tant la gravité perturbe les mesures. La plupart de ces expériences sont définies en amont par l’ESA et sont recensées dans la plaquette de la mission (lien).

L’avenir de l’ISS et de la coopération internationale ?

Alors que l’ISS a fêté ses 20 ans le 2 novembre 2020, la question de sa pérennité est à l’ordre du jour. Initialement prévue en 2024, la fin de l’utilisation du vaisseau spatial a obtenu un large sursis après l’adoption de la NASA Authorization Act le 18 décembre 2019 (lien). Cette feuille de route entérine une extension du maintien en opérabilité de la station jusqu’en 2030.

Depuis quelques années, la NASA ouvre la voie à un usage commercial de la station spatiale internationale. En janvier 2020, la NASA a autorisé le premier module à but commercial pour étendre la station spatiale internationale actuelle. C’est la société Axiom Space de Houston qui a été choisie pour fournir au moins un module commercial habitable appelé AxH1 d’ici 2024 (lien). Il s’agit bel et bien d’une volonté américaine de donner jour à une économie durable en orbite basse, permettant à l’agence de focaliser ses efforts vers la poursuite de l’exploration spatiale, notamment au travers du programme Artémis portée par la NASA pour construire une base permanente sur la Lune.

Artémis, vers la Lune et l’au-delà

L’orbite de l’ISS se trouve environ à 400 km de la surface de la Terre et il suffit de 24h pour s’y amarrer. Les ambitions d’exploration spatiale des Etats-Unis vont bien au-delà et ont poussé la NASA à lancer le programme Artémis. Ce programme prévoit la construction du vaisseau spatial Orion de la NASA qui est équipé du module de service européen en son centre fournissant au vaisseau spatial l'électricité, le système propulsif, une régulation thermique, l'air et l'eau. L’objectif ? Construire un avant-poste humain sur l’orbite lunaire à plus de 384 000 km de la Terre (soit 1000 fois plus loin que l’actuelle orbite de l’ISS !) pour aller installer une base permanente sur la Lune et peut-être un jour aller sur Mars.

Peut-être qu’un jour Thomas Pesquet fera partie des équipages d’Orion en destination de la Lune ! L’aventure spatiale est bien loin d’être terminée. De par les ambitions d’explorations spatiales et le développement d’une économie extraterrestre en orbite basse, les prochaines années s’annoncent passionnantes.

Si l’aventure spatiale vous fait rêver, pourquoi ne pas répondre à l’appel à candidature pour devenir astronaute lancée par l’ESA ? Les candidatures sont ouvertes du 31 mars au 28 mai 2021. Toutes les informations sont sur la page du CNES : https://cnes.fr/fr/nous-rejoindre/postuler/serez-vous-le-prochain-astronaute-francais.

Allez-y, comme Thomas Pesquet, osez et foncez !

Pierre Cordesse, 3AF




Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.